14 fév.

La taille de la vigne, tout un art à maitriser !

L’hiver est la saison idéale pour tailler les vignes car elles sont alors au repos. Nous avons suivi Marc Delprat, vigneron Terres des Templiers depuis 5 générations, dans la taille de l’une de ses vignes appelée « Ville d’Amont ».

Tout d’abord, il est important de préciser à quoi sert la taille. La taille sert à régulariser et à pérenniser la production de la vigne. Elle permet aussi une augmentation de la qualité des vins en diminuant sensiblement le nombre de grappes, ce qui concentre le jus des grappes restantes. La taille de la vigne est une opération minutieuse, technique, de la plus haute importance tant pour la qualité de la future récolte que pour la pérennité de la vigne.

Les opérations de taille se déroulent de décembre à mars. C’est une course contre la montre, il faut avoir terminé la taille avant le débourrement de printemps (pousse des bourgeons). Les jeunes vignes, les vignes les plus fragiles et les parcelles exposées aux risques de gelées printanières sont taillées en fin d’hiver, lorsque la sève commence à remonter.

Marc et son équipe procèdent tout d’abord à une pré-taille. En effet, une première personne commence à couper les sarments avec un sécateur électrique afin de faciliter la taille définitive. Ainsi il dégage tous les sarments et de ne laisse que des coursons (jeune bois âgé de 1 an que l’on conserve sur les bras de vigne; ses bourgeons fourniront les nouveaux sarments de l’année) de quelques centimètres, cela permet au tailleur de distinguer plus facilement  les bois qui vont porter la prochaine récolte.

En maniant son sécateur, Marc a deux objectifs :

  • faire évoluer la forme et assurer la survie à long terme du cep de vigne
  • choisir les bois de taille qui vont porter la prochaine récolte.

Premier objectif, sculpter le cep de vigne. Dans le vignoble de Banyuls & Collioure où la mécanisation n’est pas possible, c’est une taille dite en « gobelet » qui est faite. Il s’agit d’une taille courte traditionnelle caractérisée par un tronc court et des bras longs s’ouvrant largement en éventail et permettant une bonne aération de la souche. Le nombre de bras dépend de la charge et des densités de plantation (3 à 7 bras). Chaque bras porte les sarments. Un portant deux bourgeons est conservé sur chaque bras. Le tailleur doit donc choisir ses bois de taille avec soin afin de sculpter le cep et lui garder la forme d’un gobelet.


Deuxième objectif, préparer la prochaine récolte. Les bois de l’année qui ont poussés sur un bois de l’année précédente sont les plus fructifères. Le vigneron les choisit donc en priorité.
Il est également attentif à l’aspect du bois qu’il va conserver : diamètre, absence de maladie, espacement des bourgeons. Les jeunes vignes et les pieds les plus faibles dans les vieilles vignes seront taillés plus court afin de privilégier la vigueur et l’enracinent pour le futur plutôt que la récolte de l’année.

En moyenne, Marc et son équipe taillent 500 pieds/jour environ. Il lui faudra 3 mois pour tailler ses 15 hectares de vigne.

Bon courage à Marc et son équipe pour les deux mois restants

Ajouter un commentaire