14 sep.

Vendanges 2016, un premier aperçu du futur millésime

13 jours après le top départ des vendanges les sécateurs, seaux et hottes sont toujours en forte activités sur le cru de Banyuls et Collioure.

Ce sont les Collioure Blancs qui ont ouvert le bal le 29 août dernier. Cette année la récolte commence avec un léger retard dû à la secheresse de la saison estivale : «Si le vieux vignoble traverse les décennies en sachant se mettre en « sommeil » pour se protéger  quand il le faut, les vignes les plus récentes sont moins armées pour résister aux coups de froid et chaud ainsi qu’au déficit hydrique», explique Jauffrey Canier, le Maître de Chais de la cave Terres des Templiers.

Ces conditions climatiques se traduisent par des baies plus petites que les années précédentes, avec à la vinification des rendements en jus attendus plus faibles. En revanche, les parcelles cultivées ont un bon niveau sanitaire ; très propice à un millésime qualitatif. De même que l’alternance des nuits fraîches et des fortes de chaleur ont permis au raisin de poursuivent leur maturité, «le retard de maturité constaté à la mi-août s’est comblé et les vendanges vont bon train maintenant» constate Jauffrey..

La tendance sera donc à un millésime solaire, avec une acidité agréable qui va permettre de conserver toute la  fraîcheur de nos futures cuvées.

En attendant, la moitié des Collioure Blancs sont en fermentation, et les vignerons continuent sur leur lancée : le weekend dernier c’était au tour des parcelles des crus 2016 de la Démarche Premium d’être vendangées ; on reçoit cette semaine la suite des Collioure Rouges sans oublier nos Banyuls que l'on attend de pied ferme au Mas Ventous.

Le détail technique : «Comment prépare-t-on les vendanges» ?

Hélène Bancourt, vigneronne chez Terres des Templiers sourit avant de répondre à cette question: «En fait, les vendanges se travaillent toute l'année. On travaille le sol, on travaille la taille pour que, quelques semaines avant que les vendanges ne commencent, on ait fait le maximum pour que la vigne soit au meilleur de sa forme».

Depuis 20 ans, Hélène Bancourt travaille sur l’une des plus belles vignes de Banyuls, près du Mas Guillaume. «Elle fait partie du domaine viticole depuis 1950, mais c’est une vigne qui existe depuis plus longtemps». Hélène parle de sa vieille vigne avec admiration et celle-ci n’est pas sans nous rappeler avec ses murettes le travail de toute une génération de vignerons.

«C’est le Maître de Chai qui nous donne le coup d’envoi pour les vendanges : on apporte quelques semaines avant des échantillons de maturités qui sont analysés par le service qualité puis on nous transmet le feu vert».

Hélène Bancourt a attendu avec impatience de démarrer les vendanges : «c'est la dernière ligne droite, celle où les jeux sont faits» résume-t-elle. On se réunit entre vignerons voisins, entre amis, on prépare le matériel : cisailles, hotte et bien sûr les comportes de 30 kg qui serviront à transporter le raisin ».

«Pendant les vendanges, on va aussi trier minutieusement les grappes de raisins, car c’est une parcelle destinée à la Démarche Premium, il faut donc être délicat et conserver uniquement les grappes en bonne santé». Autant de petits détails à travailler avec minutie donc.  

Après avoir donné tant d’amour à leurs vignes, les vignerons apportent leur raisin si précieux au Mas Ventous, ou il y sera vinifié.

 

 

 

Ajouter un commentaire